I. Ressources

Le binaire de Postgresql nécessite un espace disque de 47 Mb. Postresql, avant sa version 8, nécessitait une émulation Cygwin pour fonctionner sous Windows. Ce lourd inconvénient disparaît avec la version 8 qui offre un binaire natif Windows.

Cependant ladite version 8 ne fonctionne que dès Windows XP / Windows 2000.

II. Installation du logiciel sur le disque

Après téléchargement et décompactage, lançons postgresql-8.0.msi

Image non disponible

Faisons le choix de la langue, à savoir le français pour nous.

Image non disponible

Passons ensuite rapidement sur le message d'information suivant nous conseillant de fermer tout ce qui est possible avant l'installation, Windows restant Windows. Expérience faite, il est cependant bien rare que d'autres applicatifs empêchent l'installation courante, surtout si vous en êtes à votre première installation de Postgresql.

Image non disponible

Cliquons ensuite sur Suivant afin d'accéder à la page de licences. Une fois n'est pas coutume, il est intéressant de lire et (d'essayer) de le comprendre.

Image non disponible

L'écran suivant nous permet de déterminer quels sont les modules de Postresql que nous souhaitons installer. Compte tenu du peu de place que prend ce SGBDR, je ne saurais donc vous recommander d'installer la totalité des modules, ce qui ne manquera pas plus tard de vous rendre bien des services et de vous faciliter la vie.

Image non disponible

Passons ensuite à la configuration à proprement parler de l'instance Postgresql qui va être installée. Relevons qu'il est préférable d'être administrateur sur la machine pour l'installation. Il est nécessaire de créer un compte utilisateur distinct (Posgresql refusant de démarrer avec un compte d'administrateur) et un service.

Image non disponible

Si vous créez un compte distinct, le message informationnel suivant apparaîtra.

Image non disponible

Passons maintenant à la définition de votre administrateur de base de données, du n° de port qui sera utilisé par votre SGBDR et - paramètre très important, mais souvent ignoré - au choix du jeu de caractères qui sera utilisé dans votre base. Concernant ce 2e point, n'oubliez pas que ce choix va avoir - entre autres - un impact déterminant sur vos tris.

Image non disponible

Si vous en faites un usage client/serveur et que vous voulez accéder à votre Postgresql via une autre machine, vous aurez sans doute coché la case adéquate comme l'exemple ci-dessus. Cette option va vous générer un message d'avertissement.

Image non disponible

Dans cette distribution, seul le PL-pgsql est disponible. Selon la distribution et les modules choisis, il se pourrait que d'autres langages soient disponibles.

Image non disponible

Il nous reste à activer les modules que nous souhaitons utiliser. Apprécions l'éventail des modules disponibles et avouons que… l'Opensource a quand même du bon… bien que certains modules ne servent que dans des circonstances bien particulières.

Image non disponible

Voilà ! Les choix nécessaires ont été effectués.

Image non disponible

III. Création du serveur SQL

… il ne nous reste plus qu'à lancer l'installation et à attendre.

Image non disponible

Quelques écrans vont faire une brève apparition, mais rien de bien grave. À relever que l'écran suivant parle de cluster… il ne s'agit en rien d'une notion de serveur en cluster, mais seulement de l'installation d'un module particulier pour un type d'index… faux espoir !

Image non disponible

Nous voici arrivé au terme de l'installation.

Image non disponible

IV. Ma première connexion

À ce stade tout est fini. Il ne reste plus qu'à vous connecter avec votre outil préféré. Pour l'administration , je vous conseille Pgdmin III qui est installé par défaut dans vos raccourcis, sous Postgresql 8.0/pgAdminIII. Au besoin, avec le bouton droit, démarrez le service :

Image non disponible

… puis connectez-vous

Image non disponible

Vous y êtes : bonne chance !

Image non disponible

V. Exemple sous Windows, dans une fenêtre de commande

Image non disponible

Félicitons-nous. Nous en avons fini avec notre première installation. Le plus dur reste à venir : configurer et administrer correctement ce serveur de données… mais ceci est une autre histoire.